Workshops

 

“Mon monde n’est pas le votre”
Workshop sur les personnages d’Hamlet & Ophélie

 

Du 19 au 23 novembre à Paris

illiade_repetitions_HD-7705.jpg
illiade_repetitions_HD-7598.jpg
illiade_repetitions_HD-7637.jpg

Le désir de monter Hamlet était là bien avant de commencer Iliade – série théâtrale en 10 épisodes, créée au centre pénitentiaire de Meaux. Homère a pris le pas sur Shakespeare par le formidable élan que ce projet a suscité. Aujourd’hui, après la longue aventure d’Iliade je reviens à la création d'Hamlet, nourri de cette forte expérience humaine et artistique.

Iliade et Hamlet – les deux écritures, et la théâtralité qu’elles induisent – ont à mes yeux beaucoup en commun : comme Homère, Shakespeare nous met face à une énigme sans offrir aucune réponse facile. Shakespeare ne juge pas, ne défend pas une thèse. Il offre à chaque personnage la possibilité de faire entendre sa propre voix, dans sa singularité. Une voix qui pourra être défendable, au même titre que les autres voix. Il ne s’agit donc pas de plaider en faveur d’une vision du monde, mais d’ouvrir un questionnement sur la complexité du réel.

Dans la semaine de workshop nous nous attèlerons à la même exigence : j’inviterai les acteurs à faire émerger les contradictions, les couleurs, et les lignes de tension de cette complexe polyphonie. Chaque personnage a des raisons d’agir comme il le fait : Claudius n’est pas plus un monstre qu’Ophélie un être pur. Sans jugement préétabli sur l’histoire qui se joue, je chercherai à placer les participants au centre d’un rapport de force qui renverra chacun à sa responsabilité individuelle.

Pour Iliade, j’ai pris au pied de la lettre la question de la colère. Les premiers mots d’Homère sont célèbres : Chante, ô Muse, la colère funeste d’Achille, fils de Pélée... Il s’agit de colère ? Je suis allé chercher des hommes en colère. Une colère concrète, vraie, palpable. Pour Hamlet, je suis la même logique : être ou ne pas être, le trouble de l’identité, le doute sur la réalité, la perception du réel floue, je prends toutes ces thématiques au premier degré dans la même démarche. Le questionnement sur ce qui est "normal" et ce qui est "fou" est au centre de la pièce.

A travers un travail sur le corps et les actions physiques, sur l'écriture et la musique, sur la sensibilité des interprète et l'émergence du monde intérieur des personnages – nous chercherons ensemble à faire dialoguer la solitude d’Hamlet et celle d'Ophélie.

Du 19 au 23 novembre 2018
Studio Bleau, 14 boulevard Poissonnière 75009 Paris
15 personnes maximum / 400 euros par personne
Pour s’inscrire, merci d’envoyer un mail à : luca.giacomoni@whystories.net