QUOI ?

les contenus

Tout narrateur éveillé porte une arme à la main et un engagement dans les tripes. Comment passer à l’action ? Avec un peu de pratique et beaucoup de courage. Deux choses qu’on peut developper ensemble à Why Stories.

 

Programme intensif du 11 mars au 1er juin 2019 à Paris

Vous avez besoin de peu de choses pour faire exister votre histoire : découvrir le noyau de votre récit, lui donner une forme aérodynamique et le faire voyager dans votre communauté. Notre équipe vous accompagne en tête à tête, de manière personnalisée, sur ces axes fondateurs.


1. Story / Le pouvoir de la métaphore

Une histoire est une métaphore qui dit : “la vie est ainsi”. En racontant une histoire, vous véhiculez vos valeurs, vos connaissances, votre vision du monde. Un certain paysage intellectuel, et votre sensibilité aussi, votre langage. Que vous le vouliez ou non, votre histoire parlera toujours en votre nom.

D’où l’importance de revenir sans cesse aux questions essentielles : qu’est-ce que je cherche réellement à travers cette création ? Pourquoi traiter de tel sujet ? Quelle vérité est-ce que je veux défendre ? Dans quel but ? Pas d'y répondre une fois pour toutes, mais de revenir aux questions. Un geste nécessaire. Rien de plus dangereux que de se figer sur une idée, une forme extérieure, une esthétique. Nous reviendrons sans cesse sur l’importance d’accorder votre instrument sur la note du why.

 
27062018-IMG_6108.jpg

27062018-IMG_6098.jpg
 

2. Shape / Soyez radicaux 

Le pouvoir circule entre les mains de chacun selon les situations que nous rencontrons : un père envers son fils, votre conseillère à la Poste, votre médecin. Mais ce sont les “organisations” qui le concentrent en plus grandes quantités : des systèmes qui relient personnes et ressources de manière structurée et efficace. Des systèmes auxquels nous participons quotidiennement. Tous.

Mais aujourd’hui - grâce au web et à l’Internet - la plus insignifiante des histoires a le pouvoir de faire trembler n’importe quel Goliath. Qu’il s’agisse d’une pièce de théâtre, d’une série télé, d’un web documentaire, d’un livre pour enfants, d’un reportage photo, d’une campagne de communication ou d’un roman - le principe reste le même : la forme, le poids spécifique et la vitesse de votre narration détermineront aussi l’ampleur de sa résonance.


3. People / Vous n’êtes pas seuls

Une histoire ne voyage jamais seule. Elle est la source et l'aboutissement des pensées, vécus, et émotions de toutes les personnes qui y participent. Un film sur les violences conjugales - par exemple - ne se fait pas sans les comédiens, le réalisateur, les techniciens, les financeurs, les maisons de distribution. Ni sans les victimes, les bourreaux, le corps médical, les psychologues, les travailleurs sociaux et les institutions concernées.

Ne l’oublions pas : une histoire n'est jamais complète sans le public qui la reçoit et qui la fait vivre. Mais encore, elle ne peut exister sans vos pairs : ceux qui l'ont accueillie, challengée et soutenue dans ses premiers pas. Ceux qui ont vécu la même blessure que vous. C'est ça, la communauté d'un narrateur.

 
27062018-IMG_6105.jpg

27062018-IMG_6113.jpg
 

4. Money / Captez la valeur 

L'argent est vertueux en dernier. Mais il doit arriver. Vous avez besoin de vivre, et votre récit aussi : la production concrète de votre histoire, quel que soit le support que vous choisissez, demande un engagement actif permettant de la financer. Il s'agit de concevoir une véritable économie - au sens le plus noble du terme - viable dans son modèle, réalisable sur le temps, et cohérente dans l'attribution des dépenses et recettes.

Une économie est possible parce que votre récit produit une valeur, une très grande, vaste et primordiale valeur. Problème : souvent, plus la valeur est éparpillée, moins elle est reconnue. Comment la récupérer ? Comment donner au narrateur la reconnaissance qu'il mérite pour son rôle et son travail ? Nous avons deux ou trois idées en tête. Et nous serions ravis de les partager avec vous à Why Stories.